Besoin d'information?

Besoin d'information?

Besoins de support, un membre de l'association vous contactera dès que possible





Description des Conférences et des Thèmes abordés

Par ordre chronologique:

 

Atelier/déjeuner Lexibar
– par Haylem Technologies

Lexibar est un outil simplement incomparable offrant 5 fonctions d’aide performantes et essentielles pour les personnes atteintes de trouble d’apprentissage ou ayant des difficultés à lire et à écrire.  Apprenez dans cet atelier comment les 5 fonctions d’aide proposées par le Lexibar contribuent au succès de milliers d’utilisateurs chaque jour.

La formation se fera en 2 volets:

1. Les technologies d’aide
2. Présentation du Lexibar

Conclusion et période de questions

 

L’intervention orthophonique chez les enfants présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA)
– par Mme Julie McIntyre

Cette présentation se veut un survol des principes d’intervention et des approches reconnues pour intervenir au plan de la communication sociale chez les enfants présentant un TSA à la lumière des données sur l’efficacité de ces intervention. Les implications pour la pratique en contexte québécois seront également abordées.

 

Les troubles acquis du langage dans le vieillissement pathologique : du déclin cognitif subjectif aux troubles neurocognitifs majeurs
– par M. Joël Macoir 

L’avancée en âge s’accompagne de changements sur le plan des capacités motrices et sensorielles, mais également sur le plan de la cognition. Certaines fonctions mentales résistent bien aux effets du vieillissement (i.e. informations et représentations acquises précocement au cours de la vie), alors que d’autres connaissent un déclin progressif depuis l’âge adulte jusqu’à la fin de la vie. Ce déclin est surtout marqué pour la vitesse de traitement de l’information et pour les fonctions mentales requérant une manipulation de représentations abstraites et un contrôle attentionnel important. Le vieillissement pathologique s’accompagne cependant de troubles qui affectent l’ensemble des capacités cognitives, dont le langage. La maladie d’Alzheimer (MA) s’installe progressivement et de nombreuses études montrent que sa phase pré-symptomatique s’étend sur une période pouvant aller de 25 à 30 ans. L’évolution de la MA se déroule au cours de 3 phases distinctes, soit : 1) la phase préclinique ; 2) la phase Déficit cognitif léger (DCL) et 3) la phase de trouble neurocognitif majeur (TNCM) dû à la MA. Les individus qui se situent à la fin de la phase préclinique ont des plaintes quant à la diminution de leurs capacités cognitives, une condition appelée déclin cognitif subjectif (DCS). À ce stade, l’objectivation des déficits cognitifs est très difficile en raison du manque de sensibilité des tests et des mécanismes de compensation. La nature des troubles cognitifs aux phases de DCL et de TNCM est cependant mieux connue, bien que leur origine fonctionnelle ne soit pas toujours claire. Dans cet exposé, un bref rappel de l’évolution des fonctions cognitives dans le vieillissement normal sera présenté puis une description de la nature et de l’origine des troubles du langage dans le vieillissement pathologique sera faite, illustrée au moyen d’études cliniques récentes.

 

Concepts de succès, difficulté, et trouble développemental du langage dans des contextes bilingues et plurilingues: développement typique et évaluation des enfants bilingues
– par Mme Elin Thordardottir

L’évaluation orthophonique des enfants bilingues est compliquée non seulement par le fait que leur connaissance langagière est répartie sur deux langues mais aussi par le fait que les enfants bilingues varient grandement quant à l’âge de leur première exposition bilingue, les contextes dans lesquels ils utilisent chacune de leurs langues, le statut de leurs langues dans la communauté, leur motivation et leur attachement à chacune des langues. Comment évaluer la connaissance de ces enfants dans chacune des langues ainsi que leur connaissance totale et à quoi comparer les résultats pour décider si ces connaissances répondent aux attentes développementales? Pour bien comprendre comment évaluer et intervenir auprès de ces enfants, il est important de connaitre leur développement typique et les facteurs qui le facilitent ou qui peuvent le rendre difficile. Cette présentation fera un survol du développement typique bilingue et de méthodes d’évaluation bilingue basées sur des recherches récentes, y compris des méthodes basées sur l’utilisation de données normatives bilingues et l’utilisation de tests qui visent les capacités de traitement du langage. On parlera également des différents buts de l’évaluation langagière – d’une part le dépistage du trouble de langage et d’autre part l’évaluation de la capacité de l’enfant à communiquer dans son milieu de vie et dans son milieu scolaire.

 

How Basic Science Improves our Clinical Practice in Laryngology and Voice Therapy
– par Mme Nicole Y.K. Li-Jessen

A virtuous cycle of bench work and bedside observation is key to the advancement of patient care. The connection of basic science and clinical application however is not always obvious to learners, clinicians and researchers. Nowadays, the field of laryngology has attracted a lot of exciting research in computer science, molecular biology, tissue engineering and neurosciences to inquire the nature of the vocal pathology and the innovation of vocal treatments. In this talk, I will highlight how basic and clinical research has informed our day-to-day practice in voice clinics. I will present examples from my and other laboratories in addressing personalized/precision medicine of voice disorders. I will also provide some suggestions of how clinicians can make their clinical decisions based on far-from-perfect scientific evidence.

[Traduction française]
Comment les sciences fondamentales améliorent notre pratique clinique en laryngologie et en thérapie vocale
– par Mme Nicole Y.K. Li-Jessen

La clé du progrès des soins aux patients est le cycle vertueux de recherches et d’observations au chevet. Toutefois, le lien entre la recherche fondamentale et l’application clinique n’est pas toujours évident pour les étudiants, les cliniciens et les chercheurs. De nos jours, le domaine de la laryngologie a incité de nombreuses recherches dans les domaines de l’informatique, de la biologie moléculaire, du génie tissulaire et des neurosciences à étudier la nature de la pathologie vocale et l’innovation de traitements vocaux. Dans le cadre de cette présentation, je soulignerai comment la recherche fondamentale et la recherche clinique influencent la pratique quotidienne dans les cliniques de voix. Je présenterai des exemples venant de plusieurs laboratoires, dont le mien, qui abordent la médecine de précision, ou médecine personnalisée, des troubles de la voix. De plus, je présenterai des suggestions pour démontrer comment les cliniciens prennent des décisions cliniques fondées sur des preuves scientifiques imparfaites.

 

Aider les familles à mieux communiquer et à mieux vivre avec l’aphasie
– par Mme Claire Croteau

L’offre de soutien aux aidants de personnes avec aphasie (PAA) et l’entrainement des partenaires de communication (EPC) sont des recommandations formulées dans des documents décrivant les meilleures pratiques en matière d’AVC et d’aphasie. Malgré ces recommandations et les besoins exprimés par les PAA et les aidants, ceux-ci ne sont pas systématiquement offerts. Un service dans la communauté, le SAPPA,  a été créé à Montréal pour combler cette lacune et aider les aidants et les PAA à mieux communiquer et faciliter leur participation sociale. Différents types d’interventions orthophoniques offertes au SAPPA et quelques résultats obtenus sur des dyades recevant ce service seront présentés. Des moyens d’inclure ce type d’intervention dans le continuum des soins ou de mieux considérer les besoins des familles et aidants seront suggérés.

 

Lire et écrire, des processus fondamentalement langagiers : du rôle central des orthophonistes dans l’évaluation et la remédiation des troubles spécifiques des apprentissages
– par Mme Anaïs Deleuze 

Au moment d’apprendre à lire et à écrire, l’enfant possède déjà des habiletés de langage oral sophistiquées : il connaît notamment la forme sonore et le sens de nombreux mots. Il doit alors apprendre à associer arbitrairement des ensembles de symboles visuels (graphèmes) à leur formes sonores (phonèmes) et à leur sens. Au-delà du mot, l’automatisation de la lecture et des habiletés orthographiques, puis la réalisation d’activités de haut niveau (compréhension en lecture et production écrite), s’appuient également sur les connaissances morphosyntaxiques, sémantiques, pragmatiques […] de l’enfant. Lire et écrire ne sont donc pas des activités purement mécaniques, mais des habiletés sophistiquées, qui engagent toutes les forces (et fragilités) du langage de l’enfant.

Cette présentation proposera un résumé des données scientifiques concernant les mécanismes en jeu dans l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe. Les implications en découlant sur la pédagogie et la prévention ainsi que l’évaluation et l’intervention orthophoniques seront également synthétisées.