Besoin d'information?

Besoin d'information?

Besoins de support, un membre de l'association vous contactera dès que possible





Dysphagie

Définition

La déglutition est la fonction qui consiste à avaler les aliments liquides et solides, la salive et les sécrétions, en les faisant passer par la bouche, la gorge et l’œsophage pour aller dans l’estomac. La déglutition est un processus complexe nécessitant la coordination de mouvements précis des lèvres, des joues, de la langue, de la mâchoire et du palais pour la formation et la propulsion du bolus alimentaire, ainsi que du pharynx, du larynx et de l’œsophage pour le transport du bolus alimentaire et la protection des voies respiratoires. La déglutition n’est pas un simple réflexe mais requiert plutôt un contrôle neurologique complexe. La coordination entre la mastication, la déglutition et la respiration, ou bien la succion, la déglutition, et la respiration chez les nourrissons, est essentielle. La déglutition (l’alimentation) se développe en parallèle avec la parole et le langage et on peut donc observer une cooccurrence des troubles de la parole, du langage et de la déglutition chez les adultes et les enfants.

La dysphagie est un trouble de la déglutition (autrement dit, une difficulté à avaler). Elle peut être en lien avec des problématiques anatomiques et/ou physiologiques au niveau de la cavité orale, du pharynx, du larynx et/ou de l’œsophage. Un adulte ou un enfant dysphagique peut avoir de la difficulté à transférer la nourriture de façon sécuritaire et efficace de la bouche vers l’estomac. La déglutition n’est pas seulement une fonction qui existe pour manger et boire. La salive est produite continuellement et la déglutition s’effectue entre 1500 et 2000 fois par jour afin d’évacuer les sécrétions. Ainsi, la dysphagie peut même affecter la capacité d’une personne à avaler sa salive.

La dysphagie n’est pas une maladie, mais plutôt un symptôme d’une condition médicale sous-jacente. Les lésions neurologiques (ex.: accident vasculaire cérébral, traumatisme crânio-cérébral), les maladies neuro-dégénératives, les démences, les cancers de la bouche et de la gorge, les anomalies structurelles (ex.: adénoïdes/amygdales hypertrophiées) et les trachéotomies placent les adultes et les enfants à risque de dysphagie. Certaines difficultés peuvent aussi être attribuables au vieillissement ou être l’effet secondaire de certains médicaments. Chez la clientèle pédiatrique, les troubles de la déglutition (et de l’alimentation) sont fréquemment observés chez les nourrissons prématurés. De plus, ils s’inscrivent souvent dans le profil développemental des enfants ayant des troubles neuro-développementaux (ex.: trouble développemental du langage, paralysie cérébrale, trouble du spectre de l’autisme, syndromes).

Manifestations

Les manifestations de la dysphagie et ses caractéristiques varient énormément d’un individu à l’autre et selon la condition médicale sous-jacente. À titre d’exemple, certains patients présentent une faiblesse des muscles de la langue et ont de la difficulté à propulser le bolus alimentaire vers le pharynx. D’autres présentent une faiblesse des muscles du pharynx ou du larynx ont de la difficulté à transporter le bolus alimentaire vers l’oesophage, ou à protéger leurs voies respiratoires afin que les aliments liquides et solides, la salive et les sécrétions ne passent pas par les voies respiratoires lorsqu’ils avalent. Quelques manifestations fréquemment rapportées par les patients dysphagiques sont une sensation de blocage dans la gorge en mangeant et de la toux.

Étant donné que l’alimentation prend souvent place dans des contextes interactionnels, un trouble de la déglutition peut avoir des impacts négatifs sur l’intégration et la participation sociale d’un individu, et ainsi affecter sa qualité de vie. Un·e enfant dont la santé est compromise par un trouble de la déglutition (et de l’alimentation) peut également expérimenter des impacts sur ses apprentissages scolaires.

Rôle de l’orthophoniste

L’orthophoniste possède la formation et une expertise de pointe pour évaluer et intervenir au plan de la déglutition oro-pharyngée. Son évaluation permet de déterminer la présence ou non d’un trouble de la déglutition, et sa sévérité le cas échéant, ainsi qu’à identifier les déficits anatomiques et physiologiques spécifiques au trouble de la déglutition. Ceci peut se faire par une évaluation clinique, par une évaluation en radiologie où des radiographies sont prises pendant que le patient boit/mange, et/ou par un examen naso-endoscopique (caméra insérée par le nez) avec la collaboration d’un médecin.  Une bonne connaissance des conditions médicales sous-jacentes au trouble de la déglutition permet à l’orthophoniste de statuer sur le risque relatif d’aspiration, de contribuer au processus décisionnel concernant une alimentation sécuritaire et de déterminer les approches thérapeutiques appropriées pour cibler spécifiquement les déficits anatomiques et physiologiques. L’orthophoniste peut conseiller à un individu dysphagique des stratégies pour l’aider à avaler plus facilement et entreprendre avec lui des exercices visant l’amélioration de ses capacités à avaler.

Ressources

Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec (OOAQ)

American Speech and Hearing Association (ASHA)

Nos actualités

  • Our Events Plus d'information ...

    La Journée de la santé auditive

    La journée de la santé auditive

    Plus Lire plus

    Programme de bourses d’étude d’Orthophonie et Audiologie Canada

    Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) offre plusieurs bourses d’études aux

    Plus Lire plus

    L’AQOA À LA RENCONTRE DES ÉLUS

    À la veille du Mois de la sensibilisation de l’audition

    Plus Lire plus

Nos partenaires